10
Jan

Ecrire pour le web

Ecrire pour le web règles de base et optimisations

 

Ecrire pour le web méthodes

Ecrire pour le web ou pour un magazine, quelle est la différence ?

Les règles d’écritures pour le web sont bien différentes que les règles d’écritures pour les journaux ou pour les magazines. Pourquoi ? Tout simplement pour tout ce qui se passe avant que le lecteur commence la lecture de l’article.

Lorsqu’un lecteur lit un magazine ou un article de journal, il a fait la démarche d’acheter le magazine pour trouver l’article concerné, alors qu’en ce qui concerne le web le lecteur cherche un sujet bien précis et cet article doit se démarquer des autres articles similaires auprès de Google. Les règles d’écritures pour le web sont par conséquences bien différentes…

Pour qu’un article (au sens large) se démarque auprès de Google, il faut répondre à de nombreux critères techniques, bien que Google (Pour ne citer que ce moteur de recherches car il est le plus important) donnera toujours plus d’importance à un contenu riche et de bonne qualité répondant aux attentes des internautes.

Ecrire pour le web – Mettre en valeur les titres

Le principe de base en écriture pour le web consiste à viser un mot clé par article ou par page et par conséquences une page = un mot clé. Cette page aura toutes ses chances de se positionner si l’article est correctement rédigé. Bien que le positionnement sur d’autres mots clés soit possible et courant.

Ainsi, le choix de ce mot clé est primordial, il va être clairement identifié dans le titre de la page ou de l’article. Le fameux titre H1 !

Visuellement le titre H1 seras le titre de l’article, comme dans cet article :
« Ecrire pour le web règles de base et optimisations »
En version codage html le titre sera codé ainsi :
<h1>Ecrire pour le web règles de base et optimisations</h1>

Pour rappel, il ne peut y avoir qu’un seul titre H1 dans une page web, les autres titres ne pourront-êtres que des H2, H3, H4, etc.

Un titre long ou court ? Lequel a le plus de chances de se positionner ?

Si les titres courts sont généralement plus rentables financièrement, ils sont plus difficiles à obtenir car la concurrence est bien plus élevée. Ainsi un titre plus long sera plus accessible et plus simple à obtenir. Ainsi « Ecrire pour le web » est plus difficile à obtenir que « Ecrire pour le web règles de base et optimisations »

Comment choisir ces mots clés ?

Il existe des outils qui apportent des réponses, mais j’ai toujours tendance à viser ce qui est de plus naturel, alors je vais vous donner une méthode simple.

En suivant le process de cet article présent, j’ai voulu écrire un article qui parle du « comment écrire pour le web », alors j’ai fait ma recherche dans Google en mettant mon mot clé principal « Ecrire pour le web », puis sans valider ma recherche je veux voir ce que Google me propose de plus cohérent :

Recherches sur le web

J’ai ensuite adapté mon titre au plus proche des recherches existantes. Avec cette méthode vous pouvez être sûr que la recherche existe déjà et qu’elle est régulièrement demandée. Cette méthode permet de faciliter le positionnement de votre article sur un mot clé concurrentiel dans les recherches de Google.

Par la suite, les autres titres H2 et éventuellement H3 ou H4 devront ponctuer l’article afin de le rendre plus aéré, compréhensible et aussi afin de hiérarchiser son contenu.

Ecrire pour le web – La qualité et la quantité du contenu

Le contenu doit être riche et bien correspondre aux titres afin de ne pas semer le doute auprès du lecteur quand il est en train de le lire.

Combien de fois faut-il placer son mot clé dans le contenu ?

Le mot clé principal doit être présent dans le contenu à plusieurs reprises ! Combien de fois ? J’aurais du mal à répondre à cette question car les algorithmes de Google changent régulièrement et peut-être qu’il faut placer son mot clé pour 50 mots. Ainsi pour 200 mots il faudrait le placer 4 fois. Mais ce n’est pas si simple que ça car il est possible aussi de placer des synonymes dans son texte, par exemple « Ecriture sur internet » ! Google sait très bien faire ce type de rapprochement et plus votre contenu sera riche en synonymes plus vous aurez de chances de le positionner.

Quelle est la quantité de texte ?

A partir du moment ou l’on souhaite qu’un article se positionne dans les recherches il faut comprendre que la quantité de texte a son rôle à jouer. La 1ère étape de l’analyse de Google commence par peser la quantité de mots et si un article ne fait que 50 mots il va sensiblement choisir des contenus plus riches pour les positionner devant ! Et ça semble tout à fait normal.

Ainsi il va commencer à penser qu’un article est intéressant à partir de 400 mots minimums. Et plus l’article sera complet et informatif plus il aura de chances de se positionner.

Par habitudes, lorsqu’on souhaite qu’un article se positionne sur des mots clés plus concurrentiels on n’hésite pas à envoyer des quantités plus lourdes comme 1500 ou 2000 mots, voire parfois beaucoup plus.

Mais attention, cela ne veut pas dire qu’il faut écrire n’importe quoi sur le web ! Bien au contraire ! Car si Google affirme ouvertement à ce jour qu’il n’utilise pas dans son classement les données des utilisateurs pour savoir s’ils lisent les articles jusqu’au bout, (ce qui n’est tout d’abord pas forcément une vérité), il avoue qu’il les utilise quand même mais de manière indirecte…

C’est le principe de l’expérience utilisateur qui même si elle n’est pas officiellement utilisée à ce jour (ce que je doute clairement) elle le sera tôt ou tard et dans ce cas je préfère quand même que mes articles soient au top.

Ecrire pour le web – Enrichir le contenu

Enrichir le contenu est incontournable ! Ça consiste à mettre des mots en valeur, ajouter des images, des vidéos, mettre des mots en gras… Commençons par le commencement.

Le texte doit être mis en valeur et pour faire ressortir des mots clés ou des phrases clé il existe plusieurs solutions comme mettre des mots en gras, souligné ou en italique, voir en majuscules. Mais aussi entre parenthèses, entre guillemets, etc.

Le texte doit de préférence comporter des liens sortants vers des sources externes ou internes.

Le texte peut également contenir une ou des images/photos tant qu’elles sont en rapport avec le contenu et qu’elles permettent d’enrichir le contenu. Il est aussi possible d’intégrer facilement des vidéos dans un article en l’hébergeant sur Youtube par exemple.

Ecrire pour le web – Le balisage

Résultats de Google

Voici un exemple de ce qu’un internaute va lire dans Google avant de cliquer sur votre résultat afin de lire votre article. Ce balisage est composé de 3 paramètres qu’il est possible et conseillé de maîtriser.

  • Le titre en violet – qui est différent du titre H1 que nous avons vu au début de l’article c’est la balise title.
  • L’URL en vert – c’est l’adresse de la page.
  • La description en gris – c’est la fameuse balise description.

Ces trois paramètres sont modifiables et permettent d’optimiser votre article. Vous devez donner envie aux lecteurs de cliquer sur votre article pour le lire sans le tromper sur son contenu.

A partir de maintenant vous avez toutes les clés pour écrire des articles performants 😉

Si vous souhaitez aller plus loin je vous propose de suivre une de mes formations dont précisément celle-ci: Comment écrire pour le web.